Zone Telechargement

Partenaires

Calendrier

«    Juillet 2019    »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
abonnements iptv

Jésus ou le mortel secret des Templiers - Robert Ambelain
Type PDF | FRENCH


Jésus ou le mortel secret des Templiers - Robert Ambelain



Robert Laffont | Français | 1971 | 383 pages | PDF 11MB Nombreuses illustrations... Dans les années soixante, Robert Ambelain, gnostique, martiniste et franc-maçon, passionné par l’ésotérisme, s’attaquait à une figure-clef de la civilisation occidentale, celle dont la date (estimée) de naissance décompte nos siècles et nos millénaires: Jésus de Nazareth. D’emblée, Ambelain reconnaît l’existence de Jésus en tant que personnage historique et incontournable. Ce qu’il rejette, c’est évidemment sa filiation divine mais il va même plus loin puisqu’il lui dénie sa qualité de prophète essentiellement religieux. Toutes proportions gardées, Jésus fut, comme Mahomet, un chef politique. Mais, à la différence de ce dernier, qui parvint à fédérer ses partisans et à fonder un gouvernement où le spirituel (ou prétendu tel) se mêlait au temporel, Jésus n’y parvint pas mais ses disciples, eux, allaient, en s’appuyant sur sa mort, transformer sa défaite en une victoire éclatante. Dans la vie du Jésus historique, s’il y a bien une Marie qui fut sa mère incontestée (et qui était de souche davidique), il n’y a pas de Joseph. Ambelain soutient que le père de Jésus n’était autre que Juda de Gamala, reconnu comme le Messie par ceux qui, dans le peuple juif - et ils étaient nombreux - rêvaient de restituer son indépendance à la Palestine. le père de Judas de Gamala, Ezéchias, avait lui-même reçu ce titre - et fut crucifié bien avant son petit-fils pour avoir, lui aussi, osé s’opposer à la toute-puissance romaine. Ambelain affirme - et ses arguments ont du poids - que le fameux Simon Pierre était l’un des frères de Jésus et que Judas l’Iscariote, qui le trahit, était son neveu. Tant Simon que Judas étaient des sicaires - ainsi appelés du nom de la petite épée qui leur servait à se défendre ou à attaquer, la sica - sorte de garde rapprochée du chef politique, formée des membres les plus habiles et les plus impitoyables (les plus fanatiques aussi) de la secte des zélotes à laquelle, sans contestation possible, appartenait le fils de Marie. Celui-ci serait né entre 16 à 17 ans avant la date fixée par le Vatican et aurait par conséquent approché de la cinquantaine à sa mort. Comprenant avec l’âge qu’il courait à l’échec politique, il aurait alors songé à rallier le peuple juif par le biais de la seule religion. Sa crucifixion la tête en haut - fait curieux dont Ambelain n’est d’ailleurs pas le seul à avoir parlé - prouve que, parmi les accusations portées contre lui, figurait celle de meurtre. Ce qui n’étonnera guère le lecteur à qui Ambelain a rappelé le passage de Saint-Luc - évangile pourtant "officiel" - où Jésus ordonne, de façon assez sibylline, d’égorger ceux qui se dressent contre lui. En effet, s’il n’avait été qu’un rebelle séditieux et sans envergure, Jésus aurait été crucifié la tête en bas. La loi romaine, qui prévalait alors en Judée, est formelle sur ce point et on se demande bien pourquoi les Romains auraient changé leur façon de faire pour Jésus. Il y a encore mille choses à dire sur ce livre foisonnant, passionnant, qui relève l’essentiel des contradictions dont est tissée l’histoire du christianisme et qui invite tout lecteur conscient de sa liberté de pensée à s’interroger encore, et encore, et encore, non pour se dresser contre les abus d’une religion (le christianisme n’est pas la première religion bâtie sur l’escroquerie et/ou le mensonge) mais tout simplement pour avancer un peu plus dans la compréhension de soi-même et, qui sait, de l’univers...




Liens De Téléchargement :







Publié : 13-07-2019, 17:07
Être notifié d'une mise à jour sur l'article


Commentaires:




votre nom:
Votre E-Mail:
code: Mise à jour du code
Entrez le code: